Consultez en médiation familiale
Aidez vous de la médiation familiale pour trouvez par vous - mêmes les solutions qui vous ressemblent, sans avoir à vous remettre au tiers (juge, conciliateur, etc).

MISE EN PLACE URGENCE MÉDIATION FAMILIALE

Veuillez laisser un message à urgencemediation@binyanebayit.com, nous vous rappelons au plus vite.

Le cas échéant, le médiateur familial contacte les parties et organise la médiation.

Faute de mesures immédiates avec le confinement et le retard de la justice qui en découle, la médiation d’urgence s’impose pour traiter les conflits et éviter l’amplification des drames familiaux.

Même après la période de confinement et pour répondre aux mesures de sécurité liées à la pandémie du Covid – 19, nous consultons en médiation familiale de préférence par visioconférence bien que le présentiel reste assuré.

Je contacte gratuitement le médiateur pour un entretien informatif de la médiation familiale.

La médiation familiale :

    • C’est apaiser et rétablir les relations par le dialogue et l’écoute active.
    • C’est un mode alternatif de résolution du conflit et des émotions négatives.
    • C’est promouvoir l’autonomie des médiés à trouver leurs propres solutions dans ce qui les oppose.
    • C’est contribuer à la résilience des médiés.

La médiation familiale, mode alternatif de résolution des conflits, est une démarche volontaire des médiés, en vue de solutionner par eux – mêmes dans le cadre sécurisé de la médiation familiale ce qui les oppose.

La gestion du conflit se passe comme à la maison, entre adultes, sauf que le médiateur familial orchestre les échanges dans un cadre sécurisé et bienveillant, dans le respect du secret professionnel propre à sa profession. Par opposition à toutes les autres approches de résolution du conflit, toutes les décisions sont prises uniquement par les médiés.

Le caractère de démarche volontaire sous-tend que :

  • Chaque médié s’implique dans la résolution du conflit
  • Chaque médié est libre d’arrêter à tout moment le processus de la médiation familiale
  • Si une procédure judiciaire est déjà en cours, le juge suspend temporairement celle – ci jusqu’à la fin de la médiation familiale pour la reprendre en tenant compte des accords pris en médiation familiale.

La médiation familiale a pour rôle de faciliter les échanges grâce à son cadre sécurisé. Elle contribue à libérer la parole de chacun et à la rendre audible par l’autre afin de rétablir la communication et à faire émerger leurs solutions par les médiés.

La médiation familiale se conjugue” avec les conflits et les sentis. En effet,  du cumul des mauvaises compréhensions et des non-dits résultent les mauvaises interprétations et tensions, d’où le conflit.

. Si les médiés veulent se libérer des liens toxiques “qui leur empoisonnent la vie”, il leur faut idéalement exprimer leurs sentis et accepter ceux de l’autre.

Les médiés n’initient souvent la médiation familiale qu’en présence de conflit ouvert alors qu’en réalité, c’est “le cumul de  leurs petites” frustrations qui sont à l’origine de leurs souffrances.

Pour s’en convaincre si besoin est, il suffit de voir que même chez les personnes divorcées de longue date, les souffrances sont toujours présentes lorsque ce travail émotionnel n’est pas entrepris.

En médiation familiale, il est fréquent que les médiés se trouvent ‘‘enfin’’ en situation d’oser exprimer ce qui les touche au plus profond d’eux – mêmes ou se surprennent à découvrir ‘‘pour la première fois’’ le point de vue et senti de l’autre, alors qu’ils partagent leur vie depuis plusieurs années. c’est pourquoi il faut en permanence entreprendre d’évacuer nos tensions même en l’absence de conflit ouvert. 

La bienveillance du médiateur familial et sa neutralité dans un cadre sécurisé et confidentiel contribue à cette facilité d’expression et d’écoute mutuelle entre les médiés. En découle un respect entre conjoints et une meilleure acceptation de l’autre dans sa différence. 

La médiation familiale libère de son affect pour porter comme par magie un autre regard sur sa situation. De ce fait, les médiés arrivent dans la majorité des cas à décider par eux-mêmes de l’issue de ce qui les oppose tout en se libérant de leurs frustrations.

A minima, ils arrivent à lister les points sur lesquels ils sont en accord, et ceux restés en désaccord se résolvent par des concessions mutuelles à l’amiable. En présence d’une médiation judiciaire, le juge n’a plus à statuer que sur les points restants en désaccord,  les points d’accords pris en médiation familiale ne sont plus qu’à homologuer.

Plusieurs avantages avec la médiation familiale :

 

Que l’on parle d’un problème de couple, de relation parents – enfants, de pension alimentaire ou de succession, la médiation familiale contribue à mieux faire appréhender les sentis de l’un par l’autre tout en évacuant ses ondes négatives. Il est évident que cette approche est très importante puisqu’elle relativise le sens du conflit. Avec l’apaisement, se pose un nouveau regard sur ce qui oppose les personnes.

Pour simple comparaison, dans le cas d’une demande en divorce par voie judiciaire, le rôle du juge ne consiste pas à traiter les sentis des justiciables, mais uniquement à faire aboutir au vu du droit la demande en divorce, de la garde des enfants et du partage des biens. Aussi, seul le juge statue, toujours au regard du droit, des nouvelles conditions de vie de la famille. Dans tous les cas de figure, le regard émotionnel des parties “n’est pas soulevé” alors qu’il est la source même des frustrations dont on ne sait pas nous libérer.

Cependant, l’approche judiciaire trouve toute sa place en présence d’un conflit alors que les parties n’arrivent pas à s’en sortir par elles – mêmes. Cependant et surtout en présence d’enfants, la médiation familiale semble plus adaptée pour ce qu’elle suffit dans la résolution du conflit. En plus de faire émerger des solutions acceptées par les médiés sans avoir à subir celles d’un tiers (le juge, le conciliateur), la médiation familiale contribue aussi à un meilleur horizon relationnel entre les membres de la famille. En cela, on peut dire que la médiation familiale contribue à la résolution des conflits tout en développant le facteur de résilience des médiés. 

De plus, comparée à la procédure judiciaire, la procédure de médiation familiale s’avère plus légère à vivre : Traitement rapide, les consultations sont des prises de rdv en accord avec les médiés (et non une convoquation au tribunal), moins de pression sociale et pour un moindre coût. De plus, si les médiés en ressentent le besoin, il leur suffit de faire homologuer par le juge les accords pris entre eux en médiation familiale pour leur donner un caractère de force de loi, c’est-à-dire la force d’un jugement.

En résumé, si les médiés ont quelque part perdu leur autonomie dans la gestion de ce qui les oppose, le cadre sécurisé de la médiation familiale les aide à retrouver leur autonomie et à leur faire émerger les solutions “qui leurs ressemblent”.

Formation et déonthologie du médiateur :

Le médiateur doit posséder la qualification spécifique à sa profession. Celle – ci est matérialisée en France par un Diplôme d’Etat pour la Médiation Familiale (D.E.M.F.). dans tous les autres cas de figure, il s’agit d’une attestation d’habilité de médiateur suite à une formation.

Par ailleurs, le médiateur doit participer à des séances d’analyse de la pratique et faire de la formation continue.

REGLES DEONTOLOGIQUES DU MEDIATEUR :

Le médiateur est neutre. En effet, la fonction du médiateur est d’offrir en dehors de toute considération de valeurs personnelles un cadre propice à rétablir la communication, à faire émerger leurs propres solutions aux médiés et à respecter leur volonté. Le médiateur n’ayant aucun pouvoir de décision, l’issue de la médiation résulte exclusivement de la volonté des médiés.

Le médiateur est tenu à la confidentialité, c’est pourquoi, sauf cas exceptionnel prévu par la loi, il ne peut témoigner du contenu de la médiation même devant une juridiction.

Le médiateur est indépendant : il veille à rester détacher de toute pression dans l’exercice de sa fonction. A défaut, il s’engage à arrêter le cours de la médiation.

Le médiateur est impartial : Il s’oblige à ne pas privilégier l’une des parties en médiation. Pour cette raison, il ne peut accepter une médiation s’il a un intérêt personnel avec l’une des parties.

Notre association est  adhérente de l’Association Pour Médiateur Familial APMF qui assure le respect des règles déontologiques.

La médiation conventionnelle :

Un conflit entre conjoints ? Entre parents-enfants ? Famille recomposée ?

Nous mettons toute notre bienveillance et professionnalisme à contribution pour vous aider.

Le processus de la médiation étant volontaire, les parties concernées doivent accepter le processus de la médiation.

Auquel cas, une convention de médiation est signée.

A l’issue, si les médiés le désirent, un protocole d’accord et/ou de désaccord peut être signé entre les parties.

La médiation judiciaire

Si une procédure judiciaire est en cours, le juge peut vous proposer d’avoir recours à la médiation familiale. Vous êtes en droit d’accepter ou de refuser.
De même, alors que la procédure est en cours, vous pouvez par vous-mêmes demander au juge de recourir à la médiation familiale.
On parle alors de médiation judiciaire.
A partir du moment où la médiation est acceptée, le déroulé du jugement est suspendu (et non annulé).
A l’issue de la médiation, le médiateur informe le juge de la fin de la médiation. Sans jamais dévoilé son contenu qui reste confidentiel, le médiateur familial informe le juge si les médiés sont parvenus à des accords et/ou des désaccords.
En cas d’accords, les parties peuvent les faire homologuer devant le juge et leur donner la valeur d’un jugement exécutoire.
En cas de désaccord partiel ou total, le juge reprend le jugement pour ne traiter que les points restés en désaccord, les accords étant homologués.
Notre association Médiation 104 est habilitée à procéder aux médiations judiciaires.
Liste des médiateurs judiciaires du T.G.I. de Paris (page 129, 201, 275, 329).
Liste des médiateurs judiciaires de Versailles (fin de page 2).
voir le texte de loi sur la médiation judiciaire

Coût de la médiation :

La première consultation à titre informative sur le processus de la médiation familiale est gratuite.

A cette occasion, le médiateur évalue la complexité de la médiation à venir et fixe  par convention signée par pes parties les modalités : Tarif horaire, la quote part supportée par chacun.

Bon à savoir :

Les assurances de protection juridique prennent parfois en charge le coût de la médiation.

Si vous bénéficiez de l’aide juridictionnelle dans le cadre d’une médiation judiciaire, vous n’avez rien à payer.

voir article 118-10 et article 118-11.

Avec  Yossef Jojo Tolédano
Médiateur familial (diplôme d’état D.E.M.F)
Médiateur humaniste et pénal (C.M.F.M)
Conseil et Coach de la famille
Membre de l’A.P.M.F., du C.M.F.M. et du S.Y.M.E.
 
 
 
 
La Médiation Familiale avec Médiation 104”
Construire du lien, rétablir le dialogue, dépasser la crise, préparer l’après séparation et divorce, le droit de garde des enfants, le partage du patrimoine, un héritage…
Bien entendu qu’il est parfois (pour ne pas dire souvent) facile d’éviter la discution en se remettant à un tiers qui décidera pour nous, mais il faut anticiper et prévoir la suite, car les ressentis nous suivent même si divorce il y a, ce qui peut peser sur notre bien – être. 

 

Je souhaite faire évoluer ma vie de couple :

Nous vous aidons à faire le point sur votre relation conjugale et sur vos attentes :
    • consolider les liens, redéfinir le sens de votre union
    • situation de séparation, l’après divorce
 Nous vous accompagnons pour :
    • envisager les mesures adéquates
    • apaiser les tensions et construire la confiance
    • Construire du lien, rétablir le dialogue, dépasser la crise
    • aménager la situation de séparation et de l’après divorce
  
La relation parents – enfants :
Nous vous aidons :
  • à construire vos places de parents et d’enfants respectés,
  • à établir un lien relationnel entre les membres de la famille,
  • à construire les liens avec vos enfants.

Nos dernières parutions :

Vidéo sur la famille :